La marque rouge: Marion Marechal Le Pen et les 2 points rouges

De l’art de répliquer (ou pas) au FN

Face à la montée du Front national, le secteur culturel se mobilise en ordre dispersé

 

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Classer cet article

Points rouges dans le Sud, nez rouges de clowns dans le Nord : s’il fallait des symboles pour illustrer la riposte au Front national, en voici deux, l’un à Marseille, l’autre à Lille. A quelques jours du premier tour des élections régionales, dimanche 6 décembre, plasticiens, metteurs en scène, circassiens, écrivains, veulent débusquer le double discours du FN, qui tout à la fois cherche à séduire les créateurs et à mettre sous cloche l’art contemporain.

Les deux candidates frontistes, Marine Le Pen (Nord-Pas-de-Calais-Picardie) et Marion Maréchal Le Pen (Provence-Alpes-Côte d’Azur) sont dans la ligne de mire : la présidente du Front national a adressé une lettre aux artistes, le 26  novembre, publiée sur Lemonde.fr : n’ayez pas peur, dit-elle en substance, tout en laissant des zones d’ombre lourdes de menaces. Lesdits artistes ont réagi en signant un courrier à Mme Le Pen, sur l’air de  » nous ne sommes pas dupes « . Cette pétition a franchi le seuil des 1 000 signataires jeudi 3  décembre, de la plasticienne Annette Messager au photographe Raymond Depardon. Marion Maréchal Le Pen, elle, va droit au but : les impôts n’ont pas à financer  » les délires d’esprits manifestement dérangés « .

La parole décomplexée de la députée FN du Var inspire les créateurs : le 28  novembre, la Friche-Belle-de-Mai, à Marseille, organisait une journée de mobilisation autour du  » point rouge « , allusion à la phrase provocatrice de Marion Maréchal Le Pen, prononcée le 5  septembre, lors de l’université d’été du FN.  » Dix bobos qui font semblant de s’émerveiller devant deux points rouges sur une toile, car le marché de la spéculation aurait décrété que cet artiste avait de la valeur, n’est pas franchement ma conception d’une politique culturelle digne de ce nom « , avait lancé la candidate, qui préfère afficher ses goûts musicaux populaires, et inattendus, comme le rap de Youssoupha. Lequel lui a répondu comme on entarte, sur Twitter :  » Merci pour la dédicace. Mon nouvel album s’appelle #Négritude. Forcément tu vas aimer. On se voit au Zénith. Bisous. « 

Environ 500 responsables de lieux culturels ont signé un manifeste intitulé  » De la nécessité des points rouges « , réaffirmant l’ » absolue nécessité «  d’accompagner  » toutes les expressions artistiques contemporaines, même les plus -dérangeantes ou transgressives « . Clin d’œil subliminal au point rouge, deux semaines plus tard, l’immense ballon rouge de l’artiste Kurt Perschke – Red Ball Project – déambulait dans les rues de Marseille, du 19 au 25  septembre, pendant le festival Travellings organisé par Lieux publics, centre national de création.

 » Réagir par le burlesque « Point rouge et point d’interrogation : que décideront les artistes si le FN l’emporte en PACA ?  » Il faudra éviter la division « , estime le compositeur Pierre Sauvageot, directeur de Lieux publics.  » Comment faire entendre aux gens que la possible élection du FN va aggraver la situation ? Il y a le chômage, le terrorisme, des réfugiés en détresse, le changement climatique. Monter des barrières n’est pas la -solution « , s’inquiète-t-il.

A l’autre bout du pays, à Lille, dans le quartier de Moulins, le public du Pôle national des arts du cirque, le Prato, est accueilli par ce panneau :  » Eh bien non, on n’a pas envie d’essayer le FN. «  Le fondateur du Prato et clown, Gilles -Defacque, explique sa démarche :  » A tous ceux qui disent, un peu désabusés : Après tout, pourquoi ne pas essayer le FN ?, on répond : Nous, on n’a pas envie ! On a voulu réagir par le burlesque, la poésie. Ce n’est pas contre les électeurs du FN. « 

Le nez rouge du clown est plus sérieux qu’il n’y paraît. C’est un appel à la discussion, lancé aux citoyens. Le savent-ils ? La région du Nord-Pas-de-Calais intervient à hauteur de 35 % ou 40 % dans le fonctionnement de nombreux lieux : les sept scènes nationales, les deux centres dramatiques nationaux, le Centre chorégraphique national (Roubaix), le centre de création Le Fresnoy (Tourcoing), le fond régional d’art contemporain (FRAC), à Dunkerque), 47  musées labellisés  » musées de France « , sans oublier le soutien à 70 compagnies, etc.  » Depuis le début des années 1980, la culture est consub-stantielle à la politique de la région. En  2015, le budget de fonctionnement de la culture s’élève à 42,7  millions d’euros, sans compter le Louvre-Lens « , explique Catherine -Génisson, vice-présidente (PS) de la région Nord-Pas-de-Calais.

Le FN ? Rien à signaler, répondent bien souvent les acteurs culturels de Lille, de Dunkerque ou d’Armentières, quand on les interroge. Pourtant, au conseil régional, les élus frontistes ne se privent pas de déposer des amendements visant à supprimer des aides à la culture. Citons celui, présenté en janvier, qui prétendait  » geler  » les crédits de l’antenne de l’Institut du Monde arabe, à Tourcoing. -Motif :  » En période de disette budgétaire, nous nous devons de privilégier les projets d’intérêt régional. «  Un autre, examiné en  2013, visait à supprimer des aides à divers lieux jugés  » politisés « ,  » communautaristes et clientélistes « ,  » dénués de publics en dehors des publics scolaires captifs « , ou ne présentant  » pas de bilan comptable satisfaisant « . Etaient cités le FRAC, à Dunkerque, le Centre de développement chorégraphique Danse à Lille (devenu le Gymnase), ou encore le Fresnoy.

Selfie avec un sosie de JohnnyOn retrouve la même ambiguïté à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dans les relations qu’entretiennent le nouveau maire frontiste Steeve Briois, élu dès le premier tour en mars  2014, et la scène conventionnée L’Escapade (ville, département, région). En  2014, son directeur, Bernard Bones, a fait le choix de rester :  » L’équipe municipale nous avait donné des garanties : On n’interviendra pas dans la programmation. On est là pour vous aider”, raconte-t-il. De fait, la mairie ne nous a jamais empêchés d’accueillir une compagnie ou un groupe. Mais certains artistes et spectateurs ne viennent plus, d’autres au contraire fréquentent le lieu considérant qu’il faut défendre la culture partout.  » Par ailleurs, dit-il,  » la ville vient de baisser sa subvention de l’ordre de 25  % « .

Une jeune voix de la chanson française s’est élevée, celle de Louane. Née à Hénin-Beaumont, elle animait des ateliers  » guitare  » et  » théâtre  » à l’Escapade. La lauréate du César du meilleur espoir féminin, avec La Famille Bélier, va voter pour la première fois aux régionales. Interrogée par la radio RFM, dimanche 29  novembre, elle ne s’est pas dégonflée :  » Ce qui se passe politiquement à Hénin-Beaumont, je ne m’en fous pas. (…) Si la question est : Est-ce que je me mettrais à côté du FN ? Absolument pas. Je n’ai pas été élevée dans la peur de l’autre et je viens d’une famille multi-origine. Donc, ça ne marche pas pour moi. « 

Mais Louane est bien seule. Les chanteurs connus du  » grand public  » se murent dans le silence. Que pensent les Stromae, Francis Cabrel, Kendji Girac, Maître Gims, Eddy Mitchell, et autres ? Aucun ne veut s’exprimer. Peur de se couper de certains fans, d’être épinglés sur la twittosphère ? Je ne vote pas FN, mais ce n’est pas opportun de le dire, font savoir certains à leur manager… Le frontiste Florian Philippot a pu lancer sa campagne dans la Meuse, le 4  octobre, en envoyant un selfie au côté d’un sosie de Johnny Halliday. Le vrai Johnny, lui, n’a pas réagi.

En  2009, Dany Boon, réalisateur et héros de Bienvenue chez les Ch’tis (2008), avait appelé à voter contre le FN à Hénin-Beaumont, à l’occasion d’une élection municipale partielle.  » Le Nord-Pas-de-Calais a toujours été une terre d’accueil, de tolérance, de respect de l’autre et de ses différences « , écrivait-il dans un communiqué. -Marine Le Pen avait répondu, en substance : Dany Boon ne connaît pas la situation des habitants de la commune, car il est  » millionnaire «  et  » habite à Los Angeles « . En tournage cette semaine, -l’acteur n’a pas répondu à nos -sollicitations.

Clarisse Fabre

© Le Monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s