Laurent Boillot : « Ce qui a permis à Guerlain de traverser le temps, c’est la transmission et l’innovation »

M le magazine du Monde | 26.08.2016 à 10h44 • Mis à jour le 26.08.2016 à 11h13 | Propos recueillis par Anne-Sophie Novel

A une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes à se confier sur ce sujet. Cette semaine, le PDG de la maison Guerlain Laurent Boillot.

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/08/26/534×0/4988314_6_b1b1_laurent-boillot-pdg-de-guerlain-le-5-juillet_3fb81239a3b639bcd883eec16b02b15e.jpg

Laurent Boillot, PDG de Guerlain, le 5 juillet 2016, dans le salon – visitable – du magasin des Champs-Elysées à Paris.

PDG de la maison Guerlain depuis 2007, cela fait donc bientôt dix ans que Laurent Boillot travaille l’engagement de la marque sur des valeurs durables. Un poste clef pour travailler les valeurs de cette grande maison française, à commencer par le rapport au temps.

Guerlain, qui a fêté ses 188 ans, est la plus ancienne maison de parfum française… comment réussit-elle à perdurer dans le temps ?

PUBLICITÉ

Si j’avais la réponse, je serais confiant pour les 120 années à venir ! (rires). Plus sérieusement, le secret de longévité de la maison Guerlain c’est la transmission et l’innovation. C’est ce qui lui a permis de traverser le temps, les crises, les guerres, les mouvements extrêmes… Avec élégance et sans précipitation.

« Entrer chez Guerlain, c’est mettre ses pas dans ceux des cinq générations qui nous ont précédés et prolonger l’aventure avec humilité, simplicité et… lenteur. »

La transmission, que ce soit des savoir-faire, des valeurs, d’un état d’esprit demande du temps et de la patience. Il faut prendre son temps pour innover, accepter parfois d’en perdre aussi. Entrer chez Guerlain, c’est poursuivre la route entamée par Pierre-Francois-Pascal Guerlain il y a 188 ans, c’est mettre ses pas dans ceux des cinq générations qui nous ont précédés et prolonger l’aventure de cette belle et grande maison de parfums et de cosmétiques avec humilité, simplicité et… lenteur.

Naturellement, Guerlain a donc cultivé un rapport au temps assez long ?

Le temps long est au cœur du sujet, il est la définition du luxe, du savoir-faire, de la transmission, de l’apprentissage et du voyage. Apprivoiser le temps et maîtriser l’agenda c’est rendre hommage au temps de la nature qui l’emporte sur le temps de la culture. Il y a le temps de la Terre qui se compte en millénaires pour le thé pu’er (un thé chinois fermenté), et se calcule en décennies pour les orchidées.

Ce temps long est le garant de la qualité des récoltes des matières premières rares et précieuses que l’on retrouve dans tous nos soins et, bien entendu, dans nos parfums. Ils possèdent ce sillage unique qui reste dans la mémoire longtemps après que celle qui le porte a quitté la pièce. Ce temps long marque les étapes, mesure le chemin parcouru, évalue les distances à venir, il est le terreau sur lequel se construit la confiance.

Shalimar, L’Heure bleue, Mitsouko… Comment un parfum peut-il ainsi traverser le temps ?

Aucune recette ne garantit la postérité. Dans notre histoire près de 900 parfums ont été inventés, et 111 d’entre eux figurent encore dans notre catalogue. Ils se façonnent tous selon les voyages du parfumeur et la singularité qui en découle.

« Nos parfums possèdent ce sillage unique qui reste dans la mémoire longtemps après que celle qui le porte a quitté la pièce. »

Quand on sent Shalimar ou Mitsouko, pas de doute, ce sont des parfums de sillage qui laissent une empreinte dans la mémoire. Les femmes habituées de ces fragrances disent qu’elles ne pourraient pas sortir de chez elles sans les porter. Le temps se prolonge ainsi grâce au parfum. Jacques Guerlain, qui a fortement contribué à la renommée de la maison en créant des parfums tels Shalimar, L’Heure bleue ou Mitsouko, se plaisait à le répéter : « La gloire est éphémère, seule la renommée dure ». C’est sans doute ce qui explique que nous vendons encore l’eau de Cologne Impériale créée voici plus de 120 ans, Shalimar ou L’Heure bleue, née en 1912.

Cinq générations de créateurs se sont succédé depuis 1828 à la tête de votre maison, comment transmet-on un savoir-faire dans le temps ?

Depuis l’origine et même avant. Pierre Pascal Guerlain, le fondateur de la maison, est issu à la fois d’une famille qui pratiquait le commerce d’épices et d’une famille de fabricants de pots en étain… Dans ses origines, on retrouve la connaissance des matières premières et le savoir-faire artisanal pour les flacons. Ces deux piliers fondateurs perdurent encore aujourd’hui.

« Nous avons passé quatre ans à chercher un parfumeur pour remplacer Jean-Paul Guerlain, parti à la retraite. Une décision sérieuse pour un contrat à durée déterminée de… quarante ans ! »

Chacun de nos parfumeurs travaille chez nous depuis près de quarante ans en transmettant et enrichissant ses connaissances. Après le départ à la retraite de Jean-Paul Guerlain, en 2002, nous avons passé quatre ans à chercher son remplaçant. Il s’agissait d’une décision sérieuse pour un contrat à durée déterminée de… quarante ans ! C’est du temps long. Dans cet exercice, il ne faut pas se sentir tétanisé devant l’histoire, il s’agit de la respecter et de l’emmener ailleurs, de la considérer comme un espace de liberté – en l’occurrence un espace de création. C’est ainsi qu’est arrivé, il y a huit ans, notre parfumeur actuel Thierry Wasser. Il a passé beaucoup de temps avec son prédécesseur, ce qui leur a permis d’instaurer une réelle complicité indispensable à la transmission. Puis il est allé à la rencontre des producteurs, a fait intimement connaissance avec nos produits, s’est imprégné de notre philosophie. Depuis son arrivée, Thierry Wasser a su développer d’autres filières durables comme celle du vétiver, dans le Kerala, en Inde.

La beauté sur papier glacé propose de lutter contre l’âge et le temps. Comment prenez-vous en compte ces attentes ?

Chez Guerlain nous ne « luttons pas contre ». Depuis 188 ans, nous prenons soin de la beauté, celle des femmes et celle de la nature. Les deux nous inspirent et nous émerveillent.

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/08/26/534×0/4988315_4_23ee_jacques-guerlain-qui-a-cree-shalimar_c4826f6e8dedcee197f9a8ddb2f2a6d3.jpg

Jacques Guerlain, qui a créé Shalimar, L’Heure bleue ou Mitsouko, aimait à dire que « la gloire est éphémère, seule la renommée dure », explique le PDG de Guerlain, Laurent Boillot.

La marque de soin Cha Ling, que vous avez développée, entend réhabiliter un univers temporel aussi ?

Cette marque est née d’un bel « accident de rencontre » entre un personnage et un lieu. Josef Margraf, un biologiste allemand, avait découvert dans le Yunnan les propriétés du thé Pu’er. Son ambition était de réhabiliter la culture originelle de ce thé, de replanter des arbres dans un écosystème totalement redessiné. Après sa mort, en 2010, sa femme a décidé de poursuivre sa démarche et nous a convaincus de l’aider. Avec Cha Ling, nous avons non seulement développé une approche inédite de la beauté – une beauté pleine de sens, pour soi, pour les autres et pour le monde – mais aussi un Tea Garden, une plantation de 20 hectares, suivant le modèle de reforestation élaboré par Josef. Nous sommes là aussi sur du temps long, celui de la culture du thé (certains arbres ont 2 300 ans), du rituel de dégustation, le temps de la tradition et celui du luxe avec des produits qui s’adaptent au temps vécu par les clients.

Le temps ne serait-il pas ce point commun entre le luxe et le développement durable ?

Aujourd’hui, l’un ne va pas sans l’autre. Ce raisonnement rassure, mais il coule de source. L’exigence de qualité ne nous rend pas irréprochable mais, d’ici à 2020, tous nos produits seront éco-conçus.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/tant-de-temps/article/2016/08/26/laurent-boillot-transmettre-un-savoir-faire-comme-celui-de-guerlain-demande-du-temps-et-de-la-patience-le-temps-long-est-la-definition-du-luxe-et-du-savoir-faire-la-tr_4988316_4598196.html#BGxQVXiWW0AV4OQX.99

Une réflexion sur « Laurent Boillot : « Ce qui a permis à Guerlain de traverser le temps, c’est la transmission et l’innovation » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s