La Chine , la mémoire, leurs années 50 à eux…Annonce d’un colloque à Paris

Conference « Popular Memory of the Mao Era and its Impact on History »
研讨会:毛时代的民间记忆及其对历史学的影响
Organizer
French Centre for Research on Contemporary China in the framework of the ANR‐RGC
collaborative project “New Approaches to the Mao Era” (CEFC‐HKU)
主办单位:法国现代中国研究中心
Dates: 15‐16 December 2014 日期:2014年12月15-16日
Venue: Maison Suger (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, FMSH), and Centre d’études
et de recherches internationales (CERI, Sciences‐Po), Paris.
地点:巴黎人文之家基金会Suger楼; 法国国际研究中心
Languages: English and Mandarin with consecutive translation
语言:中英文(设现场翻译)
Argument:
Since the 1990s, a series of remarkable forms expressing the collective memory of the Mao era
has appeared in China, against a background of amnesia and explicit restrictions in the official
media, academia, and public commemoration. While some of its expressions may seem
anecdotal, it has also produced a crop of unofficial testimonies and investigative studies, on the
margins of official channels. Some are about the Educated Youth movement during the Cultural
Revolution, others pertain to the political movements of the 1950s, such as the Anti‐Rightist
movement and the Great Leap Forward (Yang Jisheng). In a similar way, literature has played a
key role in documenting alternative views of everyday life in the Maoist era. While writers of the
“scar literature” school of the 1980s were easily co‐opted into official narratives of the Cultural
Revolution, in recent years more radical works have appeared, documenting the 1950s and the
Cultural Revolution (Yan Lianke, Yang Xianhui). Unofficial journals like Lao Zhaopian (Old
Photographs, edited by Ding Dong), Jiyi (Memory, edited by Wu Di), Kan Lishi (Looking at
History, edited by Yang Xiaodong) or Hei wulei (The Five black categories, edited by Jiao
Guobiao) are disseminated via the internet. The last 15 years have seen an outpour of
independent documentary films, made by ordinary individuals thanks to cheap equipment,
documenting family histories and personal memories of various moments in the Mao era, from
collectivization to the Cultural Revolution (Hu Jie, Ai Xiaoming). These literary or filmic works,
made by ordinary citizens, and published or disseminated through various channels including
the internet, also contribute to challenging the existing historiography.
This challenge to history has deep‐reaching consequences for a regime whose legitimacy is
grounded in the “correct” understanding of history. Since 1981, when the Party put an end to
historical debates previously encouraged by Deng, by adopting a resolution “On several points in
the history of our Party,” the Party’s monopoly on historiography has remained massive. In this
perspective, the struggle for the interpretation of history has potentially major implications for
the relations between society and the Chinese Party‐state.
By offering an opportunity to present findings from recent fieldwork on various forms of
unofficial or popular memory of the Mao Era (social organizations, unofficial journals, literary
reportage and documentary film, oral history), this conference proposes to discuss how these
various forms of memory can transform our understanding of Chinese history and perhaps
Chinese historiography itself.
Address 地址
Maison Suger
http://www.fmsh.fr/en/c/20
16 ‐ 18 rue Suger, 75006 Paris
CERI
http://www.sciencespo.fr/ceri/en
56, rue Jacob, 75006 Paris

« Walk, breathe and Die »,

« Breathe, walk and die » nous offre bien plus qu’une ballade au cirque car cette mise en scène haute en couleurs se veut en plongée totale dans le cirque de la vie,avec les oeuvres-installations de Ugo…

Au sortir de cette bulle de savon colorée…

soudain les clowns sont dans la rue,dans le métro, en train de se photographier,devant les oeuvres…

Marionnettes étriquées dans leur 2 pièces griffé,sac LV et Samsung de rigueur, obèses de l’intérieur, gavées de vide

Théâtre de la cruauté, désormais le quotidien ob-scène que nous partageons avec ce pays…

Petit poème en prose de Jean Sicard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La montée des marques coréennes en cosmétique

 Korean Pop Culture’s Considerable Influence on Chinese Shoppers ON JUNE 2 2014 | IN MEDIA & ENTERTAINMENT TRENDS | BY RED LUXURY |
  Korean pop culture has taken China by storm, and it’s having a big influence on Chinese shoppers. The phenomenon, known as Hallyu, includes Korean pop artists and television shows, and retailers are starting to take notice. The Korean drama My Love From the Star has led to a shopping craze for products featured on the show as well as goods endorsed by the show’s stars. When Song-yi, a main character on the show played by Gianna Jun, celebrates the first snowfall with the traditional chimaek, a meal of fried chicken and beer, Chinese imports of Korean beer hit $1.04 million in March, a 201% increase compared to the year before. In fact, Breweries in Korea are now “aggressively targeting the Chinese market,” and Chinese beer drinkers now have a number of Korean beers to choose from, including a variety of beers from Hite Jinro and OB Beer. Jimmy Choo is another brand that received a sales boost from the show. After the brand’s $625 Abel pump was worn on the show, stores in Shanghai and Beijing were quickly sold out of the shoe, according to The Wall Street Journal. Yves Saint Laurent’s “rosy coral #52″ lipstick worn by Jun and a Samsonite backpack worn by Kim Soo-hyun have also seen sell-outs nationwide. Samsung Mobile in China has already inked the show’s two stars to a $2.5 million endorsement deal and Kim caused a near riot as fans squeezed in to see him at his appearance at the Beijing Auto Show. According to Want China Times, Kim has earned at least 110 million yuan (US$17.6 million) from his appearances in Chinese commercials, and he earned an additional US$480,000 for a single appearance on a quiz show on Jiangsu Satellite TV. Kim Soo-hyun and Gianna Jun aren’t the only Korean stars finding fame in China. According to Inside Korea, Lee Min-ho, the star of the Korean drama The Heirs, recently beat out Kim Soo-hyun for the title of most popular Korean actor in a March survey by Kugou.com in which he won 510,764 votes out of 1.35 million cast in total. The popularity of Korean soap operas in China has led to crossovers in other popular Chinese shows. According to KpopStarz, Korean pop stars Fei of MissA and Nichkhun and Chansung of 2PM will appear on the Chinese dating show If You Love. China Daily has a reasonable explanation for the increasing popularity of Korean shows in China: “Chinese TV screens are flooded by knock-off and/or poorly made soap operas. Most of the Chinese TV dramas either distort the War of Resistance against Japanese Aggression, which is a distortion of history, or blindly copy foreign programs. The lack of good stories has of late resulted in loads of TV series on time travel or fights in the harems of Qing Dynasty (1644-1911) emperors. These, in short, are the bane of Chinese TV productions.” Though Korean dramas began to catch on in China beginning with 1997′s “Star in My Heart,” the new wave of success for Korean dramas is largely due to embracing online streaming. Inside Korea points out that the streaming services allow Korean dramas to skirt Chinese censorship and allow Chinese viewers to watch Korean shows almost simultaneously with Korean fans. Since their premiers, The Heirs and My Love From the Star have gained billions of views on Chinese streaming video websites such as IQIYI. Korean retailers have taken notice of the Hallyu wave in China, which has led to explosive expansion among Korean retailers in Chinese cities. South Korean retailers took up 4.17 percent of Hong Kong’s new leases in trendy shopping areas last year, according to South China Morning Post. Furthermore, six new Korean retailers have opened stores in Hong Kong during the first quarter of this year, triple the number that opened in the first quarter last year. South Korean cosmetic brands, including Etude House, Innisfree, The Saem, and Nature Republic, have also opened stores in Hong Kong over the last two years. As the crossover between Korean and Chinese pop culture continues to grow, look for more Chinese and international brands to expand their product placements and endorsements in Korean pop culture exports.   Image source: Drama Fever

Read more at: http://red-luxury.com/trends/korean-pop-culture-considerable-influence-on-chinese-shoppers-22819 | Red Luxury

Korea’s AmorePacific Poised for Success in China’s Booming Beauty Market

China’s obsession with Korean pop culture is fueling the success of Amore Pacific, South Korea’s largest cosmetics company according to sales.

Over the past year, AmorePacific’s share price has increased by almost 160 percent to around Won2.3m. One-fifth of the company’s revenue comes from outside South Korea, and overseas sales increased by 38 percent to Won382.7bn ($349m) during the first half of this year. AmorePacific’s overseas sales for all of 2014 “are expected to reach Won700bn as growing interest in South Korean drama and music helps boost sales of its skin care products in China and other parts of Asia,” according to FT.com.

China is of particular importance to the brand, according to its vice-president in charge of business strategy, Sean Kim, who calls it AmorePacific’s “biggest and most important market.”

“The Korea Wave has certainly been helpful in raising our brand awareness in the region,” Kim said. “We aim to become the Asian beauty creator by answering Asian women’s strong needs for clean and bright skin.”

Though AmorePacific is “still finding its feet in China” and only has a 1.2 percent share of the country’s personal care and beauty market, the brand has high hopes for expansion. AmorePacific already maintains about 3,500 shops in China. Also, around half of the company’s overseas sales currently come from China, and those sales are expected to “jump more than 40 percent a year to top Won3tn by 2020 from Won338bn last year.”

The company has also built a new research center and cosmetics factory in Shanghai, which is projected to increase its annual production capacity by 10 times to 100 million units, as the brand competes with “bigger western rivals such as P&G and L’Oreal.”

Kim emphasizes that high quality is essential in advertising AmorePacific products to Chinese consumers. The brand is tailoring new products such as ultra-hydrating creams, collagen drinks, and cleansing creams to meet consumer concerns about dry weather and pollution.

“While emotional communication is effective for Korean consumers, Chinese women often ask for more scientific functions such as whitening and anti-aging.”

 


image credit: amore pacific

Notre Shanghai!

SHANGHAI & MOI – Sur les pas de Jean Sicard aux alentours du pont Waibadu

Par Marie-Eve Richet

Shanghai, ancien village de pêcheurs ou Perle de l’Orient des Concessions étrangères ? Cité rutilante des années 30 ou mégalopole futuriste ? Ville de migrants ou métropole l’internationale ? Ce n’est peut-être pas un hasard si Jean a posé ses valises dans un quartier charnière qui exprime la quintessence de cette ville métissée. Avec lui, embarquons pour un va-et-vient autour du pont Waibadu, véritable passerelle entre les deux expressions de la ville.

Jean regarde Shanghai changer (photo MER)

Ce quartier est une forme de concentré de Shanghai. Jean apprécie ce « lien entre le Shanghai populaire de Hongkou et le Bund majestueux des années 30″. En cette journée d’automne déjà pluvieuse, nous franchirons d’ailleurs plusieurs fois la rivière lisière. Passés le Bund fastueux et ses banques rutilantes, franchi le pont Waibadu, autrefois passerelle de bois, la Perle de l’Orient perd ici son lustre pour une patine plus brute, plus pittoresque aussi. Dans les rues parallèles au Bund que nous arpentons ensemble, les entrées de service et les docks de Shanghai sentent le fleuve boueux, l’huile frite des marchands de rue qui vendent leur jiaozi grillés. Une sorte d’arrière-boutique à cette façade glamour de la ville, en somme. Entre les deux, le cœur de Jean balance, ses pérégrinations nous amenant à aborder les deux faces de la ville. Commençons par son immeuble, « une ville à l’intérieur de la ville ».

L’Embankment Building, un immeuble communautaire

L’Embankment Building dresse son imposante façade comme la proue d’un paquebot le long de la Suzhou Creek. Bâti en 1935, l’immeuble de 10 étages fut financé par Sir Victor Sassoon, magnat de l’opium. Celui-ci le destinait au personnel de direction du Peace Hôtel, son chef d’œuvre Art déco, à quelques encablures de là. Détail intéressant que nous révèle notre hôte : l’immeuble est construit en forme de S, tout comme le Peace Hotel et sa forme en V. Victor Sassoon inscrit ici ses initiales dans la ville, en imaginant qu’on pouvait voir ces formes depuis les clippers de l’époque et aujourd’hui depuis la skyline de Pudong. Qui l’aurait prédit…

Pénétrer dans le bâtiment, c’est remonter dans le passé de Shanghai. Les murs délivrent une histoire que Jean, habité par l’épaisseur du lieu, nous raconte : « A l’origine, 135 personnes habitaient dans 108 des 194 appartements aménagés. Quelques années plus tard, l’immeuble sert de sas aux juifs avant qu’ils rejoignent le ghetto de Hongkou, jusqu’à 3 600 personnes y vivent à ce moment-là« . L’entrée a conservé de son élégance Art déco, même si tout cela est un peu défraichi. Jean adore ces détails architecturaux : « frises de mosaïques dorées sur les murs, initiales de l’immeuble inscrites au sol, appliques typiques des années 30…« . Avec le fractionnement sous Mao, le communautarisme est passé par là : loge de gardien pas trop scrupuleux, messages d’hygiène populaire sur des panneaux d’affichage et jusqu’aux préservatifs laissés à disposition… Les innombrables boîtes aux lettres laissent imaginer le nombre d’habitants, jusqu’à 2 000 dans 700 appartements !

Pénétrer dans l’histoire de l’EB (crédit Jean Sicard)

Changement de décor : c’est dans un ascenseur aux allures de monte-charge qu’on rejoint les étages ! On accède alors à un autre monde : un interminable couloir, sous une lumière blafarde, où courent des tuyaux et fils électriques à l’air libre, et où se répand une atmosphère assez froide. Des portes grillagées ou à claire-voie laissent entrevoir l’intimité des gens que l’on entend s’affairer derrière le couloir. Une ambiance de pays soviétiques que Jean nous donne à découvrir de manière plus approfondie. Il nous emmène dans les couloirs intérieurs, où règne bien une vie parallèle. Les paliers des escaliers de service ont été aménagés comme des tianjin, ces cours intérieures à ciel ouvert spécifiques à Shanghai qui servent à faire sécher le linge. Une tradition qui perdure d’ailleurs… C’est ici que s’entassent le linge mais aussi la machine à laver et les bassines des ménagères. On aperçoit un corridor en enfilade sur lequel donnent des cellules  de 5 m² maximum, regroupées par 10 sous le régime de Mao, et toujours sans porte d’entrée… Comme dit Jean « Des conditions de vie à peine imaginables aujourd’hui dans cette ville !« . Revers de la médaille : la solidarité qui semble régner dans l’immeuble, régi comme une ville. On y profitait d’une piscine aujourd’hui murée, et on y trouve encore des équipements sportifs, un bureau de police, des salles de foyers avec des animations pour les personnes âgées, organisées sous forme de volontariat, et même un salon de coiffure ! « La Cité Radieuse de Le Corbusier bien avant la date ! » note malicieusement Jean.

Aller plus loin en lisant « Les vies de l’Embankment Building » (nécessite un VPN)

Fenêtre sur Shanghai (crédit JS)

L’appartement, « une fenêtre sur Shanghai »

C’est dans la rotonde, à la courbure du S, qu’a été aménagé l’appartement de Jean et Catherine. L’ancien balcon couvert a été fermé pour laisser place à une immense pièce à vivre en angle, depuis laquelle on embrasse la Suzhou River et la skyline de Pudong. C’est une autre ville qui s’offre à nous, la Shanghai conquérante et audacieuse du troisième millénaire, la ville verticale, qui se dresse au-dessus de la ville horizontale du siècle passée. Amateur d’art contemporain, le couple a réuni des pièces d’art uniques : photographies d’Eric Leleu avec les emblématiques banderoles détournées en messages poétiques, celles de Pok Chi Lau qui travaille sur la mémoire des murs, les caractères de la Tang Dynasty en papier froissé de Chen Linggang…, le Bouddhafragtal en triangles, conçu grâce à de savants calculs, la fenêtre ancienne recyclée habillée de photos de lilongs de Nina Chen Luo… Deux points de rendez-vous habituels de Jean sont dans l’immeuble même ou… juste en face : Chai Living, un « joli lieu, bar/salon de thé avec des créations de meubles design«  et la galerie Art+Shanghai, dirigée par ses amies « Agnès et Ana, qui nous font découvrir avec dynamisme l’art contemporain chinois« . Cap sur Nan Suzhou Creek !

Yuanmingyuan, « l’enclave britannique« 

On est ici au cœur de l’ancienne Concession britannique, un concentré de Grande-Bretagne aujourd’hui investie par des marques et restaurants de luxe. Après les bâtiments industriels des quais, place aux logements fonctionnels : l’église anglicane, le bâtiment si singulier de publications baptistes conçu comme une bible ouverte, son voisin Lyceum, et un peu plus loin l’YWCA, logement universitaire, ou encore le Consulat et sa résidence d’hôtes très anglo-saxonne… Jean aime s’imaginer ici « dans le NY des années 30« . Le quartier abrite l’une de ses adresses favorites : le restaurant Light&Salt, « un petit refuge perché sur le parc voisin« .

Le chef d’oeuvre de Sir Sassoon (crédit JS)

En passant à l’arrière du Peace Hotel, on rejoint la promenade du Bund avec ses banques et compagnies occidentales, témoins du passé capitaliste de Shanghai. Jean aime « se plonger dans l’histoire vivante des thés d’exception et des clippers du Bund Tea Company ». Jean nous y présente le propriétaire de cette maison familiale, acquise en 1908, qui nous fait découvrir que le thé Darjeeling ne vient pas d’Inde… mais de Chine. Au même croisement, nous n’hésitons pas à franchir la porte du magasin Bottega Veneta pour rejoindre une intime galerie d’art cachée à l’étage….

En regagnant le Bund entre deux rangées d’immeuble « à la perspective digne de Chicago« , on rejoint le Rock Bund Art Museum, dont le curateur, Larys Frogier, « nous vient aussi de France et a su animer le lieu et le rendre incontournable« . Amateur de bons vins, Jean nous fait découvrir, un peu plus loin, une cave extraordinaire au 5ème étage du Roosevelt House qui offre « une des collections de vins les plus complètes de Shanghai, répartie entre toutes les régions du monde« .

Suzhou Creek et terminal, le Shanghai portuaire

La Suzhou Creek nous rappelle, s’il le faut, que Shanghai est une ville maritime. Au début du siècle, la rivière était encore bordée de « barges en bois, entourées de docks et d’entrepôts. Elles remontaient du coton et du charbon depuis l’amont de la rivière, et ce jusqu’à Suzhou« . C’est au
moment de l’Exposition universelle qu’une promenade plantée est aménagée le long de la rivière. Jean nous recommande un film qui raconte l’histoire de cette rivière, La sirène de Shanghai. Autour de la vielle poste, « sa terrasse et son musée qui valent le détour », on est aussi dans un lieu hautement historique, qui « a vu des bagarres homériques lors de la guerre sino-japonaise« . Comme Jean le souligne en nous faisant remarquer des hommes avec des filets , « c’est aussi un de seuls endroits où on se souvient que Shanghai est une ville de pêcheurs« . Ce jour-là, on y a même vu une sacrée prise : un poisson de 5 kilos !

L’appel du large (crédit photo MER)

Nous remontons ensuite le long du Huangpu jusqu’à ’hôtel Astor qui a vu « défiler tous les acteurs en vue de la folle épopée cinématographique« . On déjeunera ensuite au Seagull, un vaste restaurant d’État, qui propose les cuisines de toutes les régions de Chine, avec le personnel en livrée. Changement de style un peu plus loin, Jean nous suggère de prendre un verre en haut de l’hôtel Hyatt au Vue Bar, « une des plus belles vues sur le Bund et Pudong« , puis d’aller dîner au Kathleen’s 5 Waitan, « un cadre magique dans un ancien entrepôt d’opium« . Tout un programme ! Encore une propriété de Sir Sassoon : la boucle est bouclée ! Mais si les fumeries ne sont plus là, on continue de trouver dans ce quartier et le long du canal une ambiance portuaire : des tripots, des marchands de poisson fraîchement débarqués, des parties de mahjong qui s’improvisent sur le trottoir… D’ailleurs, le terminal n’est pas loin. Un bateau nous y attend : le Xin Jian Zhen qui assure une liaison régulière pour Yokohama et la Corée. Juste à côté, on s’attardera, harassés, dans un parc caché, le Green Land Park, qui offre un angle inédit sur Pudong, avec une impression de large sur la mer que l’on a rarement à Shanghai…Et Jean de conclure « Shanghai change et ne change pas « .

Marie-Eve Richet lepetitjournal.com/shanghai Jeudi 27 novembre 2014